K.Jacques, ou la véritable sandale tropézienne

Publié le 3 décembre 2011 par Jenny. 2 Commentaires

Il y a quelques jours, j’ai eu la chance de visiter l’atelier K-Jacques, avec un guide de marque: Bernard Keklikian himself.
Une visite de 3 heures, que je n’ai pas vu passer, tant notre hôte a su nous faire partager la passion de son métier, et tout un tas d’anecdotes drôles ou émouvantes sur les rencontres qui ont émaillé sa carrière.
J’ai pris des tonnes de photos, et j’ai essayé de faire une sélection, mais je préfère vous prévenir qu’il en reste beaucoup 🙂

La maison K Jacques a été créée en 1933 par Jacques Keklikian, qui fabriquait seul ses sandales dans une petite échoppe au 25 de la rue Allard à Saint Tropez. C’est d’ailleurs toujours l’adresse phare de la marque.
Aujourd’hui, l’atelier de production compte 35 personnes, et se développe sans cesse!

Pour chaque paire de sandale (entièrement réalisée à la main de manière artisanale) qui sort de cet atelier, c’est:
– 60 minutes de travail
– environ 120 éléments
– plus de 60 clous
– 46 opérations différentes
– et surtout beaucoup d’huile de coude

K JacquesPour ses créations, la maison K.Jacques sélectionne des peausseries de haute qualité. Près de 150 matières et couleurs différentes nourrissent les étals de l’atelier (cuir gras double tannage, agneau, veau, chèvre, python, alligator, galuchat …).

Connu pour ses sandales à semelle plate, son savoir-faire a permis à K.Jacques de faire évoluer ses créations, et la marque propose aujourd’hui des sandales à talons, des compensées en liège ou encore des compositions en cristal de Swarovski.

Le travail de K.Jacques est aujourd’hui associé à des couturiers et créateurs des plus classiques au plus branchés pour des collaborations artistiques: Karl Lagerfield, Kenzo, Courrèges, Stephanel, Balenciaga, Helmut Lang, Givenchy, JCDC, Catherine Malendrino, Missoni, Isabelle Marant… et la liste est encore longue.

C’est ce savoir-faire et ce gage de qualité qui font qu’aujourd’hui, près de 70% des 60.000 paires qui sont fabriquées chaque année, sont exportés sur les 5 continents.
On retrouve ces sandales au pieds des VIP de la planète entière, la dernière en date étant… Michèle Obama, qui a passé commande de 4 paires il y a 3 ans.

Place à la visite…

K Jacques

Une partie des brides qui attendent d’être montées

K Jacques

La maison travaille avec le même peaussier depuis plus de 50 ans

K Jacques

Une peau de python entière, 4 mètres de long tout de même!

K Jacques

La peau de python, on se rend mieux compte de la taille…

K Jacques

Les semelles vont être percées pour accueillir les brides

K Jacques

Les moules qui sont installés sur les presses pour découper les brides

K Jacques

Une machine d’époque, toujours utilisée

K Jacques

L’assemblage des boucles

K Jacques

Chaque pièce de peau est passée à la flamme pour brûler les aspérités

K Jacques

Les semelles sont percées pour accueillir les brides

K Jacques

Ca y est, l’entredoigt est monté

K Jacques

Il ne reste plus qu’à le coller sous la semelle

K Jacques

La semelle de confort et la semelle d’usure sont assemblées

K Jacques

Les semelles sont lissées et polies à la cire

K Jacques

Toutes les sandales sont vérifiées une par une, aucun défaut n’est accepté

Entre les possesseurs de K.Jacques et leurs sandales, c’est souvent une véritable histoire d’amour, qui dure parfois plusieurs dizaines d’années. Et pour préserver cela, K.Jacques assure l’entretien de ses sandales, qui lui reviennent du monde entier, parfois 15 ans après leur achat, comme la paire ci-dessous que sa propriétaire va récupérer comme neuves:
K Jacques  Passons maintenant au showroom, où Monsieur Keklikian nous a laissé feuilleter le livre d’or, qui regorge de trésors. Beaucoup de grands de ce monde y ont laissé un petit mot.

K Jacques

1948, premier message déposé

K Jacques

Brigitte Bardot

K Jacques

Jean Cocteau

K Jacques

Bernard Keklikian nous montre où sont distribuées ses créations

Quelques créations (certaines sont des commandes particulières):
K Jacques K Jacques K Jacques K Jacques K Jacques K Jacques K Jacques K Jacques K Jacques J’espère que vous avez pris autant de plaisir à parcourir ces quelques photos, que j’en ai eu à faire cette visite. SI jamais vous passez à Saint Tropez, je vous invite vraiment à aller faire un tour à la boutique (l’atelier n’étant malheureusement pas ouvert au public), et pourquoi pas à vous laisser tenter par une paire de ces jolies sandales…

 

Partagez cet article

2 commentaires pour “K.Jacques, ou la véritable sandale tropézienne”

  1. Posté par 100pour100soie le

    c'est vrai que c'est vraiment un art ce qu'ils font et les chaussures terminées sont magnifiques !!! je me suis toujours jurée d'en acheter un jour, mais seulement dans la vraie boutique, pas sur internet !

  2. Posté par theworldofgirls le

    La chanceuse ! j'ai vu pas mal de reportage télé sur la fabrication mais le voir de mes propres yeux serait encore mieux. Le rendu est juste magnifique ! vivement cet été ^^ enfin on va profiter des fêtes d'abord
    Bisous